ï»ż Galerie Claude Samuel > Marcela Bellini
La Maison TRANSPHOTO.net
 
 

EXPOSITION


 

Exposition du 13 octobre au 4 novembre 2017
Vernissage le vendredi 13 octobre Ă  18h30

Marcela Bellini

Nadie en Italia, laberinto


Les gens prĂ©fĂšrent appartenir Ă  un lieu, une personne. MalgrĂ© cela, l'exercice que je pratique Ă  travers mes photographies explore la solitude. Je fais des recherches sur «l’absence», je cherche des endroits isolĂ©s. Mes images montrent des lieux que l'on pourrait ignorer sans cette recherche de la vacuitĂ©. De beaux endroits oĂč nous nous attendons Ă  apercevoir quelqu'un, mais il n'y a personne. Je prends des photos empreintes de nostalgie... LĂ  ou il devrait y avoir quelque chose, il n’y a rien ...dans un endroit charmant oĂč quelqu'un devrait sourire, il n'y a personne.

Cette sĂ©rie est une exploration de la mĂ©lancolie. Je trouve la beautĂ© dans ces lieux. C'est peut-ĂȘtre pour cette raison que j'aime les jours pluvieux, la nostalgie y est Ă©quivalente.

Je suis colombienne, mon nom italien. Mais mes recherches m'ont conduites en Italie... Je suppose que je cherche un sentiment d'appartenance. C'est ainsi que 'Nobody in Italy, Labyrinth' a pris forme. Une sĂ©rie d'images invitant Ă  imaginer un monde derriĂšre chaque porte, chaque fenĂȘtre. Un univers de chemins tracĂ©s ... nous amenant vers des endroits sans fins... un labyrinthe.

Je ne sais pas d'oĂč vient ce besoin de voir la nostalgie dans les yeux des gens, mais peut ĂȘtre que ces deux notes vous aideront Ă  comprendre ce sentiment :

" Le jour Ă©tait froid, un peu triste, un dimanche parisien ordinaire. Surtout quand on ne croit pas en Dieu ".
Michel Houellebecq, Extension Du Domaine De La Lutte

" Être aimĂ©, c'est lĂ  toute la diffĂ©rence. Çà ne diminue pas la terreur de la chute, mais cela donne de nouveaux moyens de l'apprĂ©hender. J'allais sauter du bord, puis, au dernier moment, quelque chose a tendu la main et m'a attrapĂ© en plein vol. Ce quelque chose c'est l'amour. C'est la seule chose qui peut empĂȘcher un homme de tomber, la seule assez puissante pour dĂ©fier les lois de la gravitĂ© ".
Paul Auster, Moon Palace

Si les opposés se retiennent l'un l'autre, le travail sur " l'absence " est un semblant " d'appartenance ". Une promesse suspendue dans les airs... La mélancolie. Marcela Bellini

 


  

      Galerie Claude Samuel : 69, avenue daumesnil - 75012 paris | tel : 01 53 17 01 11 | email : contact@claude-samuel.com