La Maison TRANSPHOTO.net
 
 

EXPOSITION


 

Exposition 06 > 30 juin 2019
Vernissage le jeudi 6 juin à 19h00
Reka Nyari

Ink Stories


© Reka Nyari



Notre héroïne, Ginzilla, est née dans une famille japonaise traditionnelle aux valeurs conservatrices extrêmement strictes. Cela étouffait son cœur sauvage, engendrant des actes de rébellion peut-être plus visibles que les marques de défi saisissantes, écrites à l'encre permanente sur la toile de son corps. Ces images racontent l'histoire de sa vie; les illustrations de tigres, de loups et de dragons contrastent les attentes sociales de la soumission et de l'obéissance des femmes. Le premier amant de Ginzilla était un tatoueur, une prédilection qui a guidé son parcours sexuel. Tout son art corporel a été composé et exécuté par des amants, ce qui lui donne une signification personnelle tout en fournissant une véritable carte de sa vie. Naïve, brute et résiliente, Nyari décrit son sujet comme une femme dont la sexualité est définie indépendamment de l'homme.

Ces photographies dynamiques revisitent les concepts traditionnels de la féminité en juxtaposant le symbolisme de la ‘Geisha’ japonaise à celui des tatouages de Yakuski (gangster japonais) (Irezumju). Les tatouages Irezumju nécessitent une méthode douloureuse et méticuleuse d’insertion manuelle d’aiguilles dans la peau. Associés à l’activité criminelle des gangs Yakuski, les membres se présenteraient comme des Tatouages Irezumi. En raison de son processus douloureux, Irezumju est considéré comme une marque de la bravoure du destinataire et une preuve de son insubordination. En dépit de la tendance croissante des tatouages chez les non-yakuza, ceux-ci sont encore largement stigmatisés dans la société japonaise.

En présentant son travail sous forme de photographies à grande échelle, superbement conçues, Nyari élève son modèle à celui de la déesse, ou peut-être de la Vierge Marie, subvertissant les concepts de pureté et de sexualité, de religion et de péché.


Né en 1979 à Helsinki, et élevé en Finlande et en Hongrie, Reka Nyari est arrivée à New York à l'âge de dix-sept ans. Après des études à la School of Visual Arts, elle commence la modélisation et découvre son intérêt pour la photographie. La cinématographie et les récits excentriques de Roman Polanski et David Lynch influencent son travail autant que l’art de Helmut Newton, Guy Bourdin, Miles Aldridge et Cindy Sherman. Son travail a été exposé dans de nombreuses galeries aux États-Unis et en Europe. Sa monographie de 225 pages intitulée «Femme Fatale: Photographie érotique féminine» est publiée en 6 langues et vendue dans le monde entier.


Vivant et travaillant à New York, Reka Nyari exerce ses activités depuis la photographie de mode et d'art jusqu'à la vidéographie, en passant par l'élaboration de pièces d'installation et de performances. Oscillant entre érotisme espiègle et splendeur mélancolique, son travail utilise et explore les idéaux traditionnels de la beauté et du genre pour dépeindre la sexualité sous un angle principalement féminin.  Mêlant vocabulaire du domaine des récits, superposition d’histoires personnelles et de contenus fictifs; la nudité, le geste, le regard ainsi que les objets deviennent intrinsèquement liés à l'identité féminine.


www.rekanyari.com


Exposition réalisée en partenariat avec la galerie Emmanuel Fremin, New York

 


  

      Galerie Claude Samuel : 69, avenue daumesnil - 75012 paris | tel : 01 53 17 01 11 | email : contact@claude-samuel.com